Aller au contenu principal
Voiture électrique : rouler en économisant

Voiture électrique : rouler en économisant

Tout savoir sur la mobilité verte

Tout savoir sur la mobilité verte

Rouler au diésel ? Vous n’y pensez pas ! Et le prix de l’essence vous exaspère… Alors vous pensez à la voiture électrique, mais vous hésitez encore. Il faut dire que ses détracteurs, peut-être climatosceptiques, se font une joie de lui trouver tous les défauts.

A propos des bornes électriques

C’est le reproche le plus courant que l’on fait à la voiture électrique : il n’y a pas assez de bornes. Tout dépend du point de comparaison. A côté du nombre de pompes à gas oil, les bornes électriques font pâle figure. Pourtant, il faut savoir que leur nombre est en progression constante. Ainsi, il a augmenté de 75 % entre 2015 et 2016. Et la Ministre de l’Environnement en promet un million d’ici 3 ans. D’ici 2020, recharger son véhicule électrique ne sera plus un problème. Nonobstant, il ne faut pas oublier que l’on peut recharger sa voiture électrique à domicile. Ce qui augmente de façon exponentielle le nombre de points de recharge.

De plus en plus performante

L’autonome du véhicule électrique est un autre point d’achoppement. Or les détracteurs n’ont pas vu que la voiture électrique évolue. Son autonomie a doublé en quelques années. Quand on sait que la moyenne des trajets domicile-travail est de 50 km, on peut tenir une semaine entière sans charger sa VE, pour un coût 5 à 10 fois inférieur à un véhicule essence, surtout si l’on utilise les heures creuses. Et si jamais la panne vous arrivait, par manque de prévision, vous devez savoir que les dépanneurs embarquent maintenant des chargeurs rapides sur leur véhicule de dépannage. En quelques minutes, votre véhicule est prêt à repartir. Quel diésel peut en dire autant ? Quelques autres éléments permettent d’augmenter l’autonomie : éco-conduite, utilisation d’une carte des bornes de recharge rapide, batteries nouvelle génération.

Aides à l’achat d’une voiture électrique

Le bonus écologique est un moyen de favoriser les véhicules émettant peu de CO². Pour un véhicule émettant moins de 20 grammes de CO², le bonus peut aller jusqu’à 6000 € et concerne aussi bien l’achat que la location longue durée. Une prime complémentaire peut vous être octroyée si vous troquez votre vieux diésel (plus de 11 ans). Son montant peut aller jusqu’à 4000 euros. Ces aides sont à ajouter à l’économie que vous faites en ne rachetant pas un véhicule polluant. Le malus aurait pu être de 6300 euros pour une voiture qui émet 177 g. De quoi faire céder les plus hésitants.

Nos garanties

Meilleur fournisseur énergétique 2018-2019
Aucune coupure lors du changement de fournisseur
Aucune démarche administrative
Sans engagement
Service client disponible 6j/7