Aller au contenu principal
Les différentes méthodes de production de l'électricité par charbon

L’électricité par charbon : qu’est-ce que c’est ?

Eni vous explique tout sur l’électricité par charbon et les différentes méthodes de production de cette énergie.

Il est facile de la produire, et elle n’est pas très coûteuse. Le problème, c’est qu’il s’agit d’une des énergies qui polluent le plus. C’est pourquoi Eni fait tout son possible pour développer les énergies propres à travers son offre d’électricité 100 % verte. Voyons comment on produit l’électricité avec le charbon.

Un peu d’histoire… naturelle

Le charbon se trouve dans des résidus de forêts que l’on peut trouver en profondeur dans le sol, enfouis depuis des millions d’années. C’est une flore ensevelie et décomposée, qui se transforme en charbon au fur et à mesure des années. Solide et combustible, ce charbon est plutôt puissant, et c’est pourquoi il représente l’une des principales sources de production d’électricité. Il n’existe pas une seule sorte de charbon, mais plusieurs, et tous la même teneur en soufre, en eau ou en carbone. La transformation résulte des pressions et des températures chaudes, que l’on trouve en profondeur.

Fonctionnement d’une centrale à charbon

Dans la centrale thermique, le charbon est brûlé à 1400 degrés dans une chaudière pour chauffer l’eau et la transformer en vapeur. Celle-ci va alors activer une turbine qui, dans sa course, entraîne un alternateur. La production d’électricité est en route. Cependant, avant d’en arriver à la combustion, il faut d’abord trier et laver le charbon, puis le broyer. Ce n’est qu’une fois réduit en poussière très fine qu’il peut être utilisé comme combustible. Le charbon est trié de façon à choisir principalement la meilleure qualité, pour maximiser sa rentabilité. Pour autant, les émissions de CO² sont les plus importantes de tous les types d’électricité.

Des centrales thermiques plus propres

De nouvelles techniques permettent de fabriquer l’électricité par charbon de façon moins polluante. Il s’agit de concasser le charbon, puis de créer un « lit fluidisé ». La combustion du charbon concassé se fait alors en suspension et l’on réinjecte dans la chaudière les poussières qui n’ont pas été brûlées. La température de combustion est nettement inférieure à l’ancienne méthode, de l’ordre de 900 degrés. Cette nouvelle technique, d’un rendement supérieur, permet également d’utiliser le charbon de moins bonne qualité. Au final, ce procédé rejette moins de gaz à effet de serre et de métaux lourds. S’il est plus propre, il n’en utilise pas moins une énergie fossile.

Nos garanties

Meilleur fournisseur énergétique 2018-2019
Aucune coupure lors du changement de fournisseur
Aucune démarche administrative
Sans engagement
Service client disponible 6j/7