Aller au contenu principal
Le point sur le concept de compteur communicant

Linky et Gazpar : le point sur les compteurs communicants

Le point sur le concept de compteur communicant

Les compteurs communicants, qu’il s’agisse du gaz ou de l’électricité, remplacent peu à peu les vieux compteurs noirs ou bleus. De nombreuses questions se posent sur les compteurs communicants, qui amènent les particuliers à les rejeter. Cet article fait le point sur la technologie et les dispositions prises pour la rendre acceptable.

Compteurs communicants, c’est quoi ?

Les compteurs intelligents Linky et Gazpar sont de nouveaux compteurs qui utilisent la technologie numérique pour transmettre les données des particuliers aux gestionnaires de réseau, Enedis et GRDF.

Ceux-ci peuvent ainsi plus efficacement piloter leur réseau et opérer à distance des modifications techniques, sans que le consommateur n’ait besoin d’être présent. Ceux-ci en tirent aussi avantage, dès lors qu’ils peuvent suivre leurs consommations de gaz naturel et d’électricité et les maîtriser au plus près, grâce à un site Internet dédié et sécurisé. D’ailleurs, les relevés étant plus fréquents la facturation est basée sur la consommation réelle. Finies les factures intermédiaires « estimées », souvent surestimées ou, pire, sous-estimées, avec facture « coup de bambou » de fin d’année.

Quelles données sont collectées par les compteurs intelligents ?

Les compteurs communicants relèvent les consommations au quotidien. Les données collectées, le traitement et l’utilisation des données sont définis par le code de l’énergie. Les consommations relevées sont globalisées et ne différencient pas les différents appareils branchés.

Linky et Gazpar sont en mesure de collecter des données de consommation plus fines, sous réserve que le gestionnaire de réseau obtienne l’accord préalable du consommateur.

Exemple : si le client souhaite changer de fournisseur, les prestataires contactés
pourront demander à accéder aux consommations horaires. Seul le consommateur
peut décider de les communiquer ou non.

Quel accès aux données Linky et Gazpar pour l’abonné ?

En tant que client, l’accès aux données passe par le site sécurisé d’Enedis ou de GRDF.

Les espaces dédiés sont sécurisés et il est possible d’y réaliser les actions suivantes :

  • Consulter ses consommations journalières et les comparer aux consommations-types,
  • Autoriser ou arrêter la collecte des consommations horaires,
  • Autoriser ou arrêter la collecte par d’autres prestataires,
  • Supprimer toutes les données collectées,
  • Configurer des alertes,
  • Modifier les choix ci-dessus à tout instant.

Depuis le 1er juillet 2018, le code de l’énergie autorise l’enregistrement des données horaires localement mais celles-ci ne sont pas transmises, sauf à la demande du consommateur, qui peut changer d’avis sans avoir à se justifier. Ces données lui permettent une gestion et une maîtrise au plus près de sa consommation d’énergie. Les gestionnaires et fournisseurs d’énergie proposent d’ailleurs au consommateur, sur leur site dédié, des conseils pour l’aider en ce sens.

Protection des données : la CNIL s’exprime

Dans un avis publié en juin 2018, la CNIL a rappelé qu’elle reste vigilante en matière de traitement de données personnelles. Amenés à être installés dans plus de 35 millions de logements, les compteurs intelligents font peur et justifient d’une surveillance particulière.

À la suite des études menées par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), la CNIL a publié un pack de conformité. Celui-ci établit que toutes les données collectées par les compteurs communicants, amenées à circuler, doivent être chiffrées. La CNIL ajoute dans sa publication que Linky et Gazpar ne contiennent aucune donnée à caractère personnel permettant d’identifier les personnes. Les données qui circulent sont affectées à un compteur et non à un client, le transfert compteur/client ne pouvant être effectué qu’après stockage dans les systèmes d’information des gestionnaires de réseau.

Quid des compteurs brûlés ?

Alors que les compteurs communicants équipent déjà un tiers des logements, les accidents relatés s’avèrent plutôt rares. Un défaut de serrage à l’installation semble être à l’origine de ces accidents. Le compteur vert a lui-même été l’objet de toute une batterie de tests et Enedis affirme qu’il n’est pas en cause. La formation des techniciens a été renforcée, et ils sont tous munis d’un tournevis dynamométrique, sensé assurer un serrage plus précis.

Qu’en est-il des ondes électromagnétiques ?

Comme pour les antennes relais, les compteurs Linky alimentent la polémique sur les ondes électromagnétiques. Pourtant, les études conduites par l’ANFR (agence nationale des fréquences), une agence indépendante, tendent à démontrer que les compteurs n’entraînent pas d’élévation significative des ondes électromagnétiques. Celles-ci seraient en effet 100 à 600 fois inférieures à la limite légale pour les champs magnétiques et plus de 100 fois plus faire pour les champs électriques. L’ANSES, agence nationale de sécurité environnementale, ne dit pas autre chose en matière de risques sanitaires des compteurs Linky.

Retrouvez nos offres de gaz et d’électricité sur fr.eni.com

Nos garanties

Meilleur fournisseur énergétique 2019-2020
Aucune coupure lors du changement de fournisseur
Aucune démarche administrative
Sans engagement
Service client disponible 6j/7