Aller au contenu principal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêts.  En savoir plus et paramétrer les cookies

Ok
Fermer

Vos factures d’énergie, pour l’électricité comme pour le gaz naturel, sont divisées en 2 parties : une part fixe qui est l’abonnement et une part variable liée à votre consommation d’énergie.

  • Pour l’électricité, l’abonnement varie en fonction de l’option tarifaire choisie et de la puissance souscrite.

Plus la puissance souscrite est importante, plus le montant de votre abonnement sera élevé.
L’option heures pleines/heures creuses (HP/HC) est plus chère que l’option base. Les options tarifaires doivent être adaptées à votre consommation énergétique.

  • Pour le gaz, l’abonnement dépend de la classe de votre consommation. Soit base pour les consommations annuelles inférieures à 1000 kWh, B0 pour les consommations annuelles comprises entre 1001 et 6000 kWh/an et les classes B1 et B2i pour les foyers consommant entre 6001 et 300 000 kWh/an de gaz naturel.

L’abonnement correspond à la mise à disposition de l’énergie pour un logement donné.

Ce sont les Gestionnaires de Réseaux de Distribution (GRD) qui assurent la mission d’acheminement de l’électricité ou du gaz naturel. C’est une mission de service public. La Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) propose les tarifs d’acheminement, qui sont approuvés par décision ministérielle et ensuite facturés par les GRD aux fournisseurs d’énergie. Ainsi tous les fournisseurs d’énergie payent les mêmes tarifs d’acheminement aux GRD et les répercutent ensuite dans leurs factures.

L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie est un établissement public à caractère industriel et commercial. Sa mission est de contribuer aux opérations pouvant favoriser la protection de l'environnement et la maîtrise de l'énergie.

Elle est née en 1990 de la fusion de plusieurs entités, dont l’Agence pour les Économies d’Énergie (AEE) créée en 1974, l’Agence Française pour la Maîtrise de l’Énergie (AFME) créée en 1982. L'ADEME est placée sous la tutelle conjointe du ministère de l'Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Elle remplit trois missions principales :

  • Elle participe à la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’environnement, d’énergie et de développement durable.
  • Elle assure un rôle de conseil auprès des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public pour la mise en place d’outils et de méthodes adaptés à leurs besoins.
  • Elle soutient le financement de projets de recherche et de mise en œuvre dans les domaines traitant de la gestion des déchets, la préservation des sols, l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit.

www.ademe.fr

L'Agence Nationale de l'Habitat est un organisme public qui a pour mission de développer, réhabiliter et améliorer le parc de logements privés existants. Ainsi elle peut accorder des subventions travaux aux propriétaires de résidences principales de plus de 15 ans.

Sa vocation sociale la conduit à aider, actuellement, les propriétaires les plus modestes. Présente dans chaque département, l’ANAH se positionne comme un partenaire des collectivités locales, notamment dans le cadre de dispositifs programmés. Elle gère aujourd'hui un budget annuel de plus de 500 millions d'euros. Ses aides ont bénéficié à plus de 110 000 logements chaque année.

L'ANAH mène aussi des actions d’assistance, d’étude ou de communication ayant pour objet d'améliorer la connaissance du parc privé existant. Elle contribue également à la réalisation d’observatoires sur l’habitat.

www.anah.fr

L’ampère est une unité de mesure scientifique, utilisée pour mesurer l’intensité du courant électrique, soit la quantité d’électricité passant dans un circuit par unité de temps. Son symbole est A.

ARENH est l’abréviation de « Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique ». Il s’agit du droit pour les fournisseurs alternatifs d’acheter, sous certaines conditions, de l’électricité produite par les centrales nucléaires historiques appartenant à EDF. Cette électricité a un prix régulé, fixé par les pouvoirs publics.

L’auto-relève est le fait de faire soi-même son relevé de compteur d’électricité ou de gaz. Vous pouvez communiquer votre auto-relève sur votre espace client Eni.

Véritable star de l'été, le barbecue à bois laisse progressivement place au barbecue à gaz, apprécié pour sa mise en route rapide et la maîtrise de la cuisson. Pratique, un simple tuyau de gaz raccordé à une bouteille de gaz permet de le faire fonctionner. Il peut être fixe ou mobile, tout dépend des besoins du consommateur.

Les avantages du barbecue à gaz

En quelques années, les barbecues à gaz ont considérablement évolué. Du simple grill à la véritable petite cuisine d'été offrant de nombreuses surfaces de cuisson (grille, plaque de cuisson, plancha, tourne-broche, bac récupérateur de graisse...), le barbecue à gaz offre de nombreuses possibilités de cuisson. Pour les néophytes ou les experts de la cuisine, il est aussi simple à utiliser qu'une cuisinière au gaz car il est équipé de boutons qui permettent de régler la puissance du feu et d'un allume gaz automatique.

Contrairement à la cuisson au feu de bois qu'il est très difficile de réguler, le consommateur peut choisir entre une chaleur douce pour des cuissons lentes en utilisant un couvercle ou pour maintenir au chaud, et une cuisson plus vive pour les grillades, sans risque de tout faire brûler. Enfin, la cuisson au charbon de bois peut présenter certains risques pour la santé, comme des brûlures au moment de l'allumage ou le dégagement de fumées cancérigènes.

Comment choisir un barbecue à gaz ?

Design, mobilité, taille, habitudes de cuisine... Tous ces éléments interviennent dans le choix d'un barbecue à gaz, comme le calcul de la consommation. Plus un barbecue est grand et dispose de feux différents, plus sa consommation en gaz sera importante.

Il est à noter qu’un barbecue à gaz, du fait de la bouteille, est souvent plus imposant qu'un barbecue à bois, et nécessite d’avoir suffisamment de place pour le stocker, sauf s'il s'agit d'un barbecue en brique, en pierre ou en béton. Comme pour les barbecues à bois, il est également possible de fabriquer son barbecue à gaz fixe en respectant certaines règles de sécurité (éloignement par rapport à l'habitation, installation des brûleurs, cheminée...).

Les précautions à prendre avec un barbecue à gaz

Il existe de très nombreux modèles de barbecues à gaz mais qui fonctionnent à peu près tous de la même façon, qu'ils soient fixes ou mobiles. Comme pour une gazinière, le barbecue à gaz est alimenté par du gaz en bouteille (butane ou propane) via un tuyau de gaz. Pour des raisons de sécurité, le barbecue doit être correctement installé. Une attention particulière doit être apportée à la jonction entre le brûleur à gaz et le tuyau à gaz afin d'éviter toute fuite. Lorsque le barbecue n'a pas servi depuis un certain temps, il est également important d'effectuer une détection de gaz, de vérifier la date de péremption qui figure sur le tuyau et l'état des brûleurs. Et pour ne pas tomber en panne au moment du barbecue, mieux vaut prévoir une recharge de gaz à portée de main.

Le courant électrique est acheminé sur le réseau à haute tension, soit à 400 000 volts. En revanche, dans votre domicile, l’électricité est distribuée à basse tension, soit à 230 volts. Ceci grâce à l’action des transformateurs qui régulent le réseau en amont en baissant la tension du courant électrique.

Le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d'énergie en France. Pour atteindre les objectifs fixés lors du Grenelle de l'environnement, la France doit réduire cette consommation. Le bâtiment à énergie positive et le recours à un système de chauffage à énergie renouvelable constituent une réponse à la fois environnementale et financière à cette problématique.

Le logement : une situation énergétique en mutation

Aujourd'hui en France, le secteur du bâtiment consomme environ 45% de l'énergie finale nationale, toutes sources confondues : électricité, fioul, gaz... Dans un logement ancien ou mal isolé, le chauffage représente le plus gros poste de dépense de la consommation des ménages (jusqu'à 65%).

Pour atteindre ses objectifs en matière de réduction de consommation d'énergie, la France fait désormais la chasse aux bâtiments énergivores, via le plan bâtiment durable initié dès 2009 et des réglementations thermiques (RT) de plus en plus contraignantes. Avec la RT 2012, le bâtiment basse consommation (dont le bilan énergétique est très réduit ou proche de zéro) tend à devenir la norme. Mais en 2020, toute habitation neuve devra présenter un rendement énergétique supérieur à ce qu’elle consomme : c'est le concept du bâtiment à énergie positive (BEPOS).

Les caractéristiques d'un bâtiment à énergie positive

Pour réussir à construire des bâtiments à énergie positive, il faut concevoir le bâtiment comme une enveloppe et intervenir sur différents leviers : isolation renforcée, étanchéité à l'air, suppression des ponts thermiques, choix d'un mode de chauffage économique et consommation usuelle électrique faible, à l’aide d’ampoules basse consommation et appareils ménagers peu énergivores...

Toutes les caractéristiques d'un bâtiment basse consommation (ou passif) sont présentes dans un bâtiment à énergie positive, mais ne sont pas suffisantes pour que celui-ci devienne producteur d'énergie. Le seul moyen pour y parvenir est d’utiliser une forme d'énergie renouvelable pour le chauffage (solaire, air...), l'eau chaude sanitaire et l'électricité. Plus cher à la construction, un BEPOS s'avère rentable à long terme car il dépend uniquement de ses propres ressources d'énergies, là où le prix des énergies actuellement utilisées est lié au cours du pétrole.

Les aides pour favoriser le développement des bâtiments à énergie positive

Afin de favoriser la construction de BEPOS et le recours à l’énergie renouvelable, l'État propose de racheter l'électricité produite en surplus en établissant un contrat avec le producteur, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'une entreprise. Le barème du tarif de rachat est revu périodiquement et dépend de l'origine de l'énergie : géothermie, hydraulique, éolienne, photovoltaïque...

Pour les bâtiments anciens, soit la majorité du parc immobilier français, atteindre les performances d'un BEPOS est très difficile. Améliorer le confort et l'efficacité énergétique de ces logements nécessite des travaux de rénovation énergétique importants, mais qui peuvent être financés en partie par l'Etat, à l’aide de crédit d'impôts ou d’éco-prêt.

Une batterie stocke de l’énergie électrique. Elle est constituée le plus souvent d’un ensemble d’accumulateurs reliés entre eux.

Les biocarburants sont produits à partir de matières végétales comme le bois ou certaines huiles végétales, ou bien produit à partir de l’alcool issu de la fermentation ou du méthane issu de la fermentation des déchets ou excréments.

Le biogaz est similaire au gaz naturel puisqu’il est également issu de la fermentation de matières organiques végétales ou animales. Il est aussi composé essentiellement de méthane.

Ce qui le différencie est que le biogaz peut être produit naturellement (marais, décharge) mais aussi artificiellement, contrairement au gaz naturel qui est une énergie fossile qui doit être extraite.

La biomasse regroupe l’ensemble des matières organiques (bois, fourrage, déjections animales, déchets agricoles, etc.) pouvant servir de sources d’énergie. Ces matières organiques d’origine végétale ou animale ont la particularité d’être toujours composées de carbone. Lors de sa combustion, la biomasse peut ainsi produire de la chaleur et de l’électricité.

Les biocarburants sont produits à partir de biomasse et sont utilisés pour les transports.

Le branchement gaz est constitué, entre autres, par la conduite qui relie l’installation de gaz intérieure au réseau de distribution de gaz. Cette conduite fait partie du réseau et dépend donc du gestionnaire de réseau (GRD).

Si vous habitez un appartement, le branchement gaz est constitué par :

  • La conduite de gaz naturel reliant la canalisation enterrée dans la rue aux compteurs,
  • Le dispositif de coupure générale d’arrivée du gaz (souvent situé au pied de l’immeuble),
  • La « colonne montante », conduite permettant de distribuer le gaz dans les appartements,
  • Les compteurs individuels.

Pour une maison individuelle, le branchement comprendra :

  • La conduite reliant la canalisation de la rue à votre compteur.

Un coffret de comptage contient le dispositif de coupure générale et le compteur. Ce coffret est installé par le GRD en limite de propriété.

Le butane est un hydrocarbure qui se présente sous forme de gaz. Il est utilisé comme combustible à usage domestique pour alimenter les gazinières, les chauffe-eaux ou les radiateurs à gaz. Il est généralement conditionné en bouteille de 13 kg.

C’est une conduite, un tuyau en aluminium, cuivre, acier, fonte ou polyéthylène transportant le gaz naturel.

cité ou gaz).

Les GRD assurent, pour le compte des fournisseurs d’énergie, l’acheminement du gaz naturel et de l’électricité jusqu’au consommateur final. A ce titre, l’ensemble des prestations d’acheminements ou des prestations complémentaires sont décrites dans le catalogue des prestations de chacun des GRD. Pour 95% des foyers français, le gestionnaire du réseau de gaz naturel est GrDF et le gestionnaire du réseau électrique est Enedis.

Les catalogues des prestations de GrdF et d’Enedis présentent donc toutes les prestations couvertes du fait de votre contrat avec un fournisseur de gaz naturel ou d’électricité (prestations de base) mais également celles payantes et facturées à la réalisation.
Ils sont régulièrement modifiés pour s’adapter aux besoins des clients et des fournisseurs.

Les centrales électriques sont des sites produisant de l’énergie électrique. L’électricité est ensuite transportée jusqu’aux consommateurs via le réseau de transport électrique. Il existe différents type de centrales électriques selon la technologie et selon l’énergie primaire utilisée pour la production d’électricité.

On peut distinguer les énergies dites renouvelables et les énergies d’origine fossile ou nucléaire.

Centrales utilisant des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables sont la biomasse, l’énergie solaire, l’énergie hydraulique, l’énergie éolienne, l’énergie marémotrice…

Les méthodes de production d’électricité diffèrent en fonction de l’énergie utilisée, ainsi dans le cas des barrages hydrauliques, le courant est utilisé pour actionner une turbine entrainant un alternateur. L’énergie éolienne utilise quant à elle la force du vent.
Une centrale électrique produit de l’électricité « verte », si elle a comme source d’énergie primaire une énergie renouvelable.

Centrales utilisant des énergies fossiles

Les combustibles fossiles (charbon, fioul, gaz naturel) sont les sources d’énergies primaires les plus utilisées aujourd’hui pour produire de l’électricité. Ces combustibles sont utilisés dans des centrales thermiques, dites centrales conventionnelles, ils sont brûlés dans une chaudière pour produire de la vapeur qui alimente une turbine.

Centrales utilisant l’énergie nucléaire

Les centrales nucléaires utilisent le même système. La vapeur provient du refroidissement du réacteur nucléaire, dont l’énergie (ou chaleur) est obtenue à la suite de la réaction de fission de l’uranium ou du plutonium. Contrairement aux centrales conventionnelles, les centrales nucléaires ne dégagent pas de CO2, mais engendrent des déchets radioactifs qui nécessitent un confinement aux mesures de sécurités particulières.

Les centrales nucléaires sont des centrales électriques dites « centrales thermiques », comme les centrales à charbon par exemple. Ces centrales utilisent des cycles de conversion thermodynamique. Les chaudières des centrales nucléaires sont composées d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires.

L’énergie permettant de produire l’électricité provient de la fission de noyaux d’atomes lourds (combustible nucléaire). La chaleur dégagée durant la fission, comme pour toutes les centrales thermiques, sert à vaporiser de l’eau. La vapeur d’eau, ainsi produite, entraîne la rotation d’une turbine couplé à un alternateur qui produit de l’électricité.

Nos garanties

Aucune coupure lors du changement de fournisseur
Mêmes réseaux, mêmes installations
Aucune démarche administrative
Sans engagement
Service client disponible 6j/7